mardi 15 janvier 2013

10 comme dix petits nègres

Et non, ceci n'est pas un post pour présenter le best seller d'Agatha Christie mais c'est l'occasion de parler roman policier. Je n'affectionne pas ce genre et je ne prends pas le temps d'en lire. Mais, il y a quelques mois, la médiathèque de ma ville a organisé un temps fort autour du polar et je me suis prise au jeu en lisant Aux malheurs des dames de Lalie Walker (édité chez Parigramme).


Paris, quartier de Montmartre, marché Saint Pierre. 

Violette vient de se faire enlever. Séquestrée dans une grande bâtisse, son kidnappeur l'insulte et l'affame car il souhaite la faire maigrir. Malmenée, dépitée, souffrante, elle n'a qu'une idée en tête : elle connaît son agresseur.
Sa disparition crée l'inquiétude puisque Violette est la caissière en chef du marché Saint Pierre. Rebecca Levasseur, sociologue à la recherche d'informations pour son étude, prend sa place et ne peut s'empêcher d'enquêter sur cette disparition.
Quelques jours plus tard, une deuxième disparition, des poupées vaudou clouées sur la porte du marché, une odeur de brûlé persistante et un psychopathe qui cherche à se venger...

Bilan : une balade policière au cœur du XVIIIe arrondissement, entre tissus et boutons, une énigme simple, des personnages dans l'ensemble assez désagréables, une résolution vite oubliée... Globalement, une lecture sympathique mais loin d'être transcendante.

2 commentaires:

  1. J'aime les policiers !!!
    Peut-être mon côté scientifique????

    RépondreSupprimer
  2. Moi, les policiers, c'est pas mon truc...

    RépondreSupprimer